home » La consommation locale

La consommation locale

Consommer localement c’est quoi ?

Les mouvements idéalistes en faveur de l’environnement poussent comme des champignons, et c’est tant mieux. Pour la consommation alimentaire, la tendance est au local. Un véritable retour aux sources ! C’est là que les locavores font leur entrée. Apparu pour la première fois à San Francisco en 2005, le locavorisme est une philosophie qui commence à gagner du terrain.

Le locavorisme, une nouvelle lubie ?

Loin d’être une lubie, le locavorisme est un mode de consommation responsable dont le but est de limiter notre empreinte écologique. Comment ? Ce nouveau mouvement consiste à ne consommer que des produits frais de saison, produits localement, ou dans un rayon de 150 à 250 km. À l’origine du phénomène, Jessica Prentice, une écrivaine et cuisinière américaine.

Concrètement, quel est l’intérêt de manger local ?

Manger sainement des produits au goût et à la saveur incomparables, n’est-ce pas tentant ? Bien sûr il y a quelques contraintes liées aux saisons (si vous avez envie de fraises au mois de janvier par exemple, il faudra attendre l’été), mais les avantages que vous pouvez en tirer ne sont pas négligeables.

Manger des aliments exempts de produits chimiques préserve notre capital santé. Par ailleurs, nous retrouvons des goûts que nous avions oubliés, et donnons à nos enfants la chance de découvrir une nourriture saine et variée.

Enfin, manger localement encourage l’agriculture biologique et permet de soutenir les petits producteurs ainsi que les fermes familiales. Par extension, cela permet de maintenir les populations dans les territoires, et de limiter le gaspillage alimentaire, car les producteurs ne livrent que ce qui est commandé directement.

Et l’écologie dans tout cela ?

Le locavorisme est né du désir de moins polluer et de protéger l’environnement. À ce titre, manger localement permet de ne pas utiliser des produits phytosanitaires ou des pesticides, associés souvent à des végétaux aux fructifications à transportabilité élevée (c’est-à-dire qui résistent à des transports long-courriers) et à des modes de conservation polluants.

En outre, le locavorisme permet de se passer de l’agriculture sous serre chauffée (fini les consommations d’énergie à grande échelle) sous prétexte d’avoir des produits de saison tout au long de l’année.

Enfin en limitant le transport (par voie routière, ferroviaire ou aérienne), nous limitons les émissions de CO2.

Comment devenir locavore ?

Eh bien en faisant nos courses chez les producteurs locaux (ou dans les grandes distributions, mais en nous limitant aux produits locaux) et dans les marchés de quartier. Acheter le lait et les œufs directement dans les fermes devient une partie de plaisir et nos enfants ont l’occasion de voir des poules, des lapins, des bœufs, des cochons… de près et faire connaissance avec le monde animal. Pourquoi hésiter. Protégeons nos enfants et notre planète, devenons locavores !